L'association

L’association la Fresque du Climat a été créée fin 2018 par Cédric Ringenbach, afin de diffuser l’outil du même nom, de former des animateurs et de les faire monter en compétence.

L’association a un fonctionnement décentralisé et participatif, inspiré du parti pirate suédois, dont les principes sont la “do-ocratie”, le droit à l’erreur, la règle de trois, la duplication et la transparence.

Les principes fondateurs de l’association sont l’urgence climatique, l’humanisme, le respect de la science et le non-tabou de l’argent et des entreprises.

Objet

L’association La Fresque du Climat a été créée le 17 décembre 2018. Elle a pour but de :

  • Faire connaître et diffuser l’outil « La Fresque du Climat », dont la vocation est de sensibiliser un maximum de personnes dans le monde à la compréhension des phénomènes du changement climatique.
  • Former les participants aux ateliers à l’aide de cet outil, et ce grâce à des animateurs présents sur de nombreux événements (festivals, conférences, rentrée étudiante, salons,…).
  • Concevoir et mettre à disposition des animateurs du matériel pédagogique supplémentaire leur permettant d’atteindre l’autonomie et de rendre simple l’utilisation de l’outil « La Fresque du Climat ».
  • Animer la communauté des adhérents de l’association.

L'équipe

Avec un fonctionnement décentralisé et participatif, La Fresque du Climat fait travailler en intelligence collective des milliers de bénévoles, une équipe salariée permanente et un CA pour accélérer la diffusion de La Fresque du Climat.

Principes fondateurs

L’association s’est créée sur la base de plusieurs principes fondateurs :

  • L’urgence climatique
  • L’humanisme
  • Le respect de la science
  • Le non-tabou sur l’argent

L’urgence climatique

Le changement climatique menace l’humanité et il faut réagir très vite. Il se trouve que la Fresque du Climat est un outil efficace pour former et sensibiliser les citoyens, et c’est pour cette raison que son auteur a ressenti la responsabilité de la diffuser le plus largement possible et le plus vite possible. Il a confié cette mission à l’association qu’il a créée dans cette optique.

Cette urgence justifie l’organisation en mode swarm de la communauté des fresqueurs, le droit à l’erreur et la do-ocratie.

L’humanisme

Si nous cherchons à sauver le climat, c’est pour que les humains puissent continuer de vivre sur cette planète le mieux possible.

Etant donné que c’est pour l’humanité que nous nous battons, si nous voulons être cohérents, nous nous devons de prendre soin des hommes et des femmes, d’être attentifs aux autres et de ne pas faire de discrimination. Concrètement, nous sommes par exemple vigilants vis-à-vis du burnout du militant qui nous guette tous.

Nous ne sommes non pas naïfs et nous savons que préserver un cadre dans lequel nos membres peuvent trouver leur place nécessitera parfois d’écarter les personnes qui menacent nos valeurs ou les principes fondateurs de notre association. Nous le ferons dans le respect des personnes, mais avec fermeté. L’importance donnée à la cooptation et la validation par les pairs est justifiée par cet impératif.

Le respect de la science

L’outil La Fresque du Climat a été créé d’après les données du premier groupe de travail du GIEC. Nous sommes très attachés à la méthode scientifique qui est à la base de leur travail.

Si nous devons nous aventurer en dehors du domaine du changement climatique, ce sera en respectant les instances scientifiques reconnues telles que l’OMS, l’UNSCEAR, les académies des sciences etc. Pour cette raison, l’association n’est pas anti-nucléaire (de même qu’elle n’est pas pro-nucléaire), elle n’est pas anti-vaccination, ni anti-OGM et s’en tient aux données scientifiques solidement établies concernant des thématiques comme le recours aux pesticides.

Pas de tabous avec l’argent ni avec les entreprises

L’argent est le nerf de la guerre et notre association en a besoin. Nous proposons des ateliers et des formations payantes et nous collectons les droits d’utilisation de l’outil Fresque du Climat quand il est utilisé dans un cadre commercial. Certains membres de l’association gagnent en partie leur vie en proposant d’animer des fresques dans les entreprises et cela ne nous pose pas de problème, bien au contraire.

Tout travail mérite salaire. Ceci étant posé, il convient ici de rappeler que notre association est avant tout une association de bénévoles et que nos moyens financiers sont là pour assurer la rémunération d’une équipe de permanents, salariés, qui sont au service de cette armée de bénévoles.

Nous n’avons pas de problème non plus à travailler avec les entreprises (si l’association n’organise pas d’animations directement pour les entreprises, ses membres le font), y compris celles qui peuvent être stigmatisées et présentées comme les « grands méchants » du capitalisme. Avec la Fresque, nous nous adressons aux citoyens que sont les salariés de ces entreprises avec l’espoir de faire changer les choses de l’intérieur, par la base.

L’association n’est pas anti-entreprises ou anti-capitaliste et ses membres sont libres de leurs opinions.

Gouvernance

L’association La Fresque Du Climat a un fonctionnement décentralisé et participatif, initialement inspiré du parti pirate suédois. En voici quelques principes clés :

  • La “do-ocratie” : Les membres de l’association sont invités à prendre des initiative et sont tous légitimes à le faire. Ceux et celles qui font décident, et réciproquement. Chacun est prié de respecter les autres initiatives, quitte à explorer une idée alternative en parallèle pour faire émerger les meilleures idées.
  • Le droit à l’erreur :. On accepte qu’on fera des erreurs, et plus encore, on considère que faire des erreurs est un bon moyen de progresser, selon le principe « try and fail » ou « essai-erreur ». Mandela disait : « Je ne perds jamais : parfois je gagne, sinon j’apprends ».
  • La règle de trois : à partir du moment où trois membres de l’association sont d’accord sur le fait qu’une initiative est bonne, ils peuvent prendre la décision de la lancer, y compris quand cela engage l’association. En savoir plus sur cette règle et les situations où elle est applicable.
  • La duplication : une conséquence des règles précédentes est qu’on peut être amené à faire les choses en doublon. Cela peut sembler sous-optimal, mais c’est un principe d’organisation agile. La nature fonctionne comme ça… On perd peut-être du temps mais on en gagne autant voire plus en débats évités
  • La transparence : pour éviter les frustrations et les prises de pouvoir non désirables. Principe fondamental pour assurer un fonctionnement sain, équitable et durable de l’association, elle guide le choix des outils de l’association.