La règle de trois

Comment appliquer la règle de 3 ?

Quand un membre de l’association a une proposition ou une idée, il en parle à 2 personnes qu’il juge légitimes pour valider la proposition.

Les 2 personnes en charge de décider peuvent répondre comme suit  :

0) Joker (Je passe mon tour car le sujet ne m’intéresse pas, je n’ai pas d’avis, je n’ai pas le temps, …)

1) Oui c’est une bonne idée, je valide => +1 point pour le décompte

2) Non, je ne valide pas => STOP ! (L’idée est alors rejetée immédiatement et n’ira pas plus loin, du moins pas avec la règle de trois. Il faudra trouver d’autres mécanismes pour la faire adopter comme la proposer au CA).

3) Peut être => +0 point pour le décompte
Il faut alors trouver une autre personne qui puisse légitimement donner son avis sur la question. La personne qui dit « peut-être » peut recommander de consulter une personne en particulier. Dans ce cas, la recommandation doit être suivie.

Au bout de 3 “Oui”, l’idée est adoptée.

Au bout de 3 « peut être » (et pas de non), soit on décide d’abandonner l’idée, soit on réunit les 3 personnes ayant dit « peut-être » pour comparer les arguments. Cela pourra aboutir soit sur une décision, soit sur une nouvelle proposition qui repart à zéro, soit vers un autre cercle de décision (ex : sondage FB auprès des anims, CA…).

Cadre

La règle de 3 s’applique dans le respect :

  • de la loi (par ex. respect de la licence d’utilisation du jeu)
  • des statuts de l’association
  • du règlement intérieur de l’association
  • des décisions prises par l’AG et le CA
  • du caractère « d’intérêt général » de l’association

Qui peut être l’un des 3 ?

Uniquement un membre adhérent de l’association.

Hypothèses de base : Chacun s’auto estime pour savoir s’il est légitime ou pas pour participer à la décision.

Formalisation des réponses

Une fois la décision adoptée, après avoir obtenu trois “Oui” et aucun “Non”, elle doit être formalisée et communiquée. Le niveau de la formalisation doit être proportionnel au niveau d’engagement de la décision et on se fiera  au bon sens pour en décider : décision orale, e-mail, e-mail avec des membres du CA en copie, présentation en réunion de synchro ou en CA etc.

Communication

La communication sur la décision prise (qu’elle soit positive ou négative) doit également être proportionnelle au niveau d’engagement de la décision.

Une décision qui ne concerne que trois bénévoles n’a pas besoin d’être communiquée très largement. Si la décision a pour conséquence une modification du fonctionnement interne, il faudra mettre à jour des documents, informer les personnes concernées, modifier le site Internet etc.