Fr-fr adulte carte 40 conflits armés

De Le wiki du climat
Aller à la navigation Aller à la recherche

Carte adulte #40 : Conflits armés

Causes Conséquences
Recto de la carte "Conflits armés"


C'est comme ça qu'il faudrait éviter que ça finisse...

Explications

C'est la carte qui est prévue pour être placée en dernier, comme le laisse entendre le texte.

On est déjà en mesure de dire que le changement climatique a été l'une des causes de certains conflits comme au Rwanda ou en Syrie.

Dans un monde qui subit l'ensemble des conséquences décrites dans ce jeu, il est difficile d'imaginer qu'on puisse éviter des conflits armés.

En 2007, quand le GIEC a eu le Prix Nobel, c'était le Prix Nobel de la Paix. Et il y a de très bonnes raisons à ça.

Correction

Causes

Conséquences

  • Santé humaine Les conflits armés dégradent les infrastructures et réduisent l'accès aux biens de premières nécessité (nourriture, eau, ...)
  • Réfugiés climatiques Les populations locales fuient les zones de combat et migrent pour retrouver la sécurité et le confort minimum

Autres liens possibles

Autres causes

  • Énergies fossiles Les conflits armés liés aux énergies fossiles sont plus des conséquences géopolitiques que des conséquences directement climatique. Mais il peut quand même être intéressant de mentionner cette relation.

Autres conséquences

  • Activité humaines C'est "la boucle du club de Rome" ! Tout cela finira bien par se réguler, mais pas forcément de manière soft. Les participants font souvent ce lien, et proposent parfois de faire un rouleau avec la fresque pour mettre bord à bord la fin et le début. D'ailleurs, il est intéressant de remarquer qu'il y a des humains dans les cartes du début et celles de la fin, mais pas au milieu.
  • Énergies Fossiles C'est vrai, les conflits armés sont souvent dûs aux énergies fossiles. Mais la relation est plutôt dans l'autre sens.

Questions fréquentes

Rien ne prouve que ça finira en conflits armés

Bien que cette carte arrive comme une suite logique à toutes les précédentes, certains participants peuvent dire que rien ne démontre que le changement climatique poussera à des conflits armés. Or, une étude condensant 55 autres a montré que pour chaque degré d'augmentation de température, on observera une augmentation des conflits interpersonnel (violence domestique, agression, meurtre...) de 2.4% et de 11.3% des conflits interculturel ( émeute, violence ethnique, invasion, guerre civile ou d'autre forme d'instabilité politique). [1]

Exemples de conflits liés au changement climatique

La situation au Soudan

Nombreuses interactions entre les facteurs (ressources en eau douce, perturbation du cycle de l’eau, conflit armé) En 2007, le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-Moon a décrit le conflit du Darfour (région du Soudan) comme étant le « premier conflit armé lié au changement climatique » La rareté de l’eau et les changements du cycle des pluies a contribué à alimenter ce conflit. (« the world’s first climate change conflict. ») Le conflit au Soudan a été marqué par un nombre particulièrement élevé de victimes civiles notamment à travers l’empoisonnement de puits.[2]

Le cas de la Syrie

C'est ici aussi multidimensionnel (sécheresse, conflit armés, rendement agricole, ressource en eau douce, réfugié climatique) La guerre civile en Syrie a été aggravée par les multiples sécheresses des 5 dernières années. Les modèles climatiques suggèrent que la sévérité de la sécheresse est au moins partiellement causée par le changement climatique.[3]

Les décisions des précédents gouvernements, la corruption, la mauvaise gestion des ressources naturelles et la sécheresse ont détruit les conditions de vie des Syriens. Notamment à travers la question de l’accès à l’eau car sur plusieurs années consécutives entre 2006 et 2011 de récoltes désastreuses ayant touché entre 2 et 3 millions d’agriculteurs. Mettant en danger la sécurité alimentaire d’un million de personnes à travers la diminution de l’accès au blé, à l’orge et à la viande. La Syrie ayant déjà elle-même accueilli des réfugiées venant d’Irak dans la même période. Ces événements ont mené près de 1.5 millions de Syriens à devoir quitter leur pays.

Le cas du Mali

La situation au Mali est influencée par les liens entre conflits armés et sécheresse. [4]

Le Mali connaît des sécheresses depuis les années 60. Dans le même temps des Touaregs nomades se sont reconverti en mercenaire pour faire alliance avec le président libyen Gaddafi.

La sécheresse particulièrement violente de 2009 a été un facteur aggravant de la forte instabilité alimentaire et économique dans le pays. Trois ans plus tard éclate la rébellion menée par les Touaregs. Ces derniers organisent un coup d’état contre le gouvernement Malien et permettant aux Djihadistes de prendre le pouvoir et entraînant par la même occasion l’intervention de l’armée Française notamment à cause des différents liens existants entre les Djihadistes de l’État Islamique et Boko Haram.

Analyse du lien entre changement climatique et conflits armés

En compilant les données historiques des conflits sub-sahariens et les variations de précipitation, on note une augmentation substantielle des conflits armés pendant les années plus chaudes. Ainsi, une augmentation de 1% de la température entraîne une augmentation de 4.5% du nombre de guerres civiles la même année.[5] D’ici 2030, d’après l’étude des données moyennes des 18 modèles climatiques utilisés cela se traduira par une augmentation de 54% des conflits armées de la région. En compilant plusieurs études on observe que sur les 100 dernières années le réchauffement climatique a été un facteur aggravant des conflits armés dans une fourchette allant de 3% et 20% des cas.[6]

Pour faire l’analyse multifactorielle des causes des conflits armées jusqu’à présent, sous un scénario de 2° l’étude estime que le nombre de conflits armés serait deux fois plus élevé puis sous un scénario de 4° il serait 5 fois plus élevé. [7]

L'augmentation de la fréquence des famines est fortement liée à l'augmentation de la fréquence des guerres. [8]

Entre 1950 et 2001 on estime que les guerres civiles ont deux fois plus de chance d’avoir lieu les années correspondant à El Nino en comparaison avec les années plus fraîches de La Nina. El Nino aurait pu contribuer à 21% des conflits sur cette période. [9]

Références